[ru]  Accueil  Nouvelles  Téléchargements  Liens  Faire un don Archives En vente à l'église
Accueil

Imeglise.png





Pour plus de détails sur les saints du jour, cliquez ici
_______________________________

Saint-Paul-le-Confesseur-patriarche-de-Constantinople-Fresque-de-l-eglise-saint-Nicolas-de-Thessalonique.png

Épître aux Éphésiens 2, 14-22 (19-11-2017)

Chers frères et sœurs,

À chaque liturgie nous entendons non pas seulement la lecture de l’Évangile, mais également celle de l’Épître. Ces lectures ne sont pas toujours faciles à comprendre et sont rarement expliquées dans l’homélie. Mais il faut écouter attentivement ces paroles qui nous aident souvent à comprendre comment les premiers chrétiens percevaient la nouvelle réalité qui s’était ouverte pour eux avec l’arrivée du Sauveur, comment elle les inspirait et les enthousiasmait.

La lecture de l’Épître d’aujourd’hui commence par ces mots : « Frères, c’est Lui qui est notre paix, qui des deux peuples n’en a fait qu’un, détruisant la barrière qui les séparait » (Éph 2,14). De quoi est-il question dans ce texte ? Qu’est-ce que cette barrière détruite ? Qui a-t-Il uni en un tout unique ? Pour comprendre de quoi il s’agit, nous devons nous souvenir qu’à la Liturgie nous n’avons entendu qu’un court extrait d’une épître assez longue, que l’apôtre Paul adresse aux chrétiens de la ville d’Éphèse. Comme on le voit dans cette épître, cette communauté était constituée en grande partie de païens tout fraîchement convertis. L’apôtre Paul leur dit : « vous étiez exclus… de la cité d’Israël…n’ayant ni espérance, ni Dieu en ce monde » (2,12) ; « jadis vous étiez ténèbres, mais à présent vous êtes lumière dans le Seigneur » (5,8) ; « dans le Christ Jésus, vous qui jadis étiez loin, vous êtes devenus proches, grâce au Sang du Christ » (2,13).

Et aussitôt Paul continue : « Il est notre paix », c’est-à-dire que le Christ a réconcilié deux peuples : les païens qui ne connaissaient pas Dieu, et les juifs qui au cours des siècles avaient conservé la tradition de communion avec Dieu. Des deux peuples Il en a fait un seul, c’est-à-dire qu’Il a uni deux peuples complètement différents, en « détruisant la barrière qui les séparait ». Dans la pensée de l’apôtre Paul, cette barrière qui les séparait est la Loi (la Torah). C’est précisément le fait de suivre la Loi, c’est-à-dire d’accomplir une multitude de prescriptions (telles que la circoncision, le respect des interdits alimentaires, le sabbat, etc.), qui différenciaient les juifs des païens. Et c’est précisément par cette observance extrêmement stricte des commandements que les juifs espéraient se rapprocher de Dieu. Mais l’apôtre dit que « par Lui (c’est-à-dire non par la Loi, mais par la communion avec le Christ), les uns et les autres, nous avons tous deux en un seul Esprit, libre accès au Père » (2,18).

Ces mots décrivent non seulement la situation concrète au premier siècle, mais il s’y découvre la nature de l’Église. C’est ce qui arrive chaque fois que nous nous rassemblons pour la Liturgie. Je me permettrai de rappeler que l’Église (en grec ekklèsia), au sens littéral désigne un rassemblement de personnes. C’est une communauté qui se réunit, sans référence à l’origine ethnique, ni sociale, ni politique, ni de parti, ni professionnelle, ni à aucun autre principe « terrestre ». Cette réunion n’est pas de ce monde, c’est une union donnée d’En-Haut, par Dieu, l’unité dans le Saint Esprit par la communion avec le Christ. Nous communions au Christ dans l’Eucharistie, nous entrons dans le mystère de Sa mort sur la Croix et de la Résurrection, et Dieu Lui-même nous unit par Son Esprit.

Ces réflexions de l’apôtre Paul, sous une forme très courte et extrêmement concentrée, trouvent leur reflet dans la prière liturgique que lit le prêtre à l’autel devant les Saints Dons (à la Liturgie de saint Basile le Grand) : « Nous tous (c’est-à-dire nous si différents l’un de l’autre et qui ne nous ressemblons pas) qui participons au même Pain et à la même Coupe, unis-nous dans la communion de l’unique Esprit ».
Amen.

 


Rubriques


up Haut up

Eglise orthodoxe russe Saint Job à Uccle (Bruxelles)
Editeur responsable : Leonid GRILIKHES
Webmaster : Jean-Luc ANDRE


Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL
Document généré en 0.02 seconde